Devis, prix , infos
pour vos toitures.

Les différents éléments à prendre en compte dans l’élévation de toiture

Les différents éléments à prendre en compte dans l’élévation de toiture thumbnail

La surélévation de toiture n’étant autre qu’une extension ou un agrandissement de sa maison par la verticale, constitue une alternative idéale dans de nombreux cas et pour de multiples raisons, si on n’en cite que quelques-unes. La famille s’agrandit et l’espace vital devient trop exigu pour permettre à chacun de membres de s’épanouir comme il faut, dans un confort approprié. Il est impossible d’envisager la réalisation d’une nouvelle construction par manque de budget et pour cause de difficultés d’emprunt. Il s’avère également impossible d’aménager les combles en un espace de vie supplémentaire. On ne veut pas quitter un lieu où on a déjà beaucoup investi, matériellement et socialement ou encore casser les liens avec un environnement où on a ses habitudes, ses commodités pour partir vers l’inconnu (surtout pour les enfants). Enfin, on veut tout simplement apporter plus de plus-value à son patrimoine par un agrandissement tout en conservant le terrain existant, et une modernisation possible en profitant de l’occasion qui se présente. Toutefois, une surélévation ne s’improvise pas. Il faut bien ficeler le projet envisagé et voir avec un architecte s’il s’adapte à la structure existante : murs porteurs et surtout fondations et estimer le coût qui dépendra de nombreux facteurs.

Principales étapes pour la réalisation d’une surélévation de toiture

On parle d’une surélévation de toiture si on procède à la dépose de la toiture, et au final, changer sa pente ou la garder. Dans le cas de non dépose de la toiture il s’agit d’un aménagement des combles. Quelquefois, selon la région, le choix de la configuration du nouvel étage à créer est limité par certaines contraintes, dont la pente (< 30 ° avec ou sans sa modification), la structure de la charpente, la hauteur sous plafond, etc. Ainsi, pour la surélévation de la toiture, il faut en premier lieu, demander à la mairie les informations sur les procédures à suivre et les règles locales d’urbanisme en vigueur. Ensuite, il faut respecter les procédures générales requises. Pour une modification de la surface habitable et de l’apparence extérieure, les règles exigent :

  • Une déclaration des travaux pour une surface n’excédant pas 20 m2.
  • Un permis de construire, si la surface dépasse 20 m2. L’acquisition du permis de construire peut prendre 2 ou 3 mois.

Le recours à un architecte est obligatoire si la surface habitable à créer atteint 170 m2. Si l’habitation se trouve dans un site protégé, il faut l’aval des Architectes des Bâtiments de France sur les travaux à réaliser.

La mobilisation des ressources est composée des démarches suivantes :

  • Financières : emprunt par exemple, crédit d’impôt pour l’isolation, etc.
  • Humaines : c’est l’architecte qui sera chargé de la coordination et de la gestion des  professionnels intervenant dans les travaux : maçons, couvreurs, charpentiers, pour les gros œuvres, plombier, électricien, plaquiste, etc., pour la finalisation.

Facteurs de coût pour la réalisation d’une extension en hauteur

Plusieurs facteurs peuvent influencer le coût global de l’extension d’une maison. Principalement, il peut s’agir :

  • Du modèle d’extension et de son aménagement.
  • De l’accès au nouvel étage est primordial. Il peut s’agir d’un escalier (le plus fonctionnel possible, pour le transport des meubles, pour le déplacement des personnes, enfants, personnes âgées, etc.). Son emprise sur le sol peut aller de 1,6 m2 à 4 m2 et à celle-ci s’accompagne l’aménagement de l’ouverture ou trémie.
  • Du sol du nouvel étage. Il existe deux possibilités selon les contraintes techniques : création d’un nouveau plancher ou conservation de l’existant qui nécessite alors un renforcement. Dans les deux cas, il faut recouvrir le plancher d’un matériau qui réduira la transmission des bruits.
  • Du nombre de pièces et les volumes à réaliser ainsi que leur usage. Il est évident que, plus la surface à créer est importante, plus le coût sera élevé et que l’installation d’une salle de bain requiert un budget plus important qu’une chambre.
  • De l’architecture et les matériaux de construction choisis. La maçonnerie en béton classique peut constituer la partie de mur nouvellement créé. Il faut cependant faire attention au poids que le béton peut transmettre aux fondations. L’ossature en bois est actuellement la plus utilisée pour une surélévation de toit. Les prix dans ces deux cas de figure sont bien différents. L’architecte et son équipe ou l’entreprise contactée peuvent facturer le travail à des tarifs non identiques.

Coût indicatif et choix de professionnels

À titre purement indicatif, la réalisation des grands œuvres dans l’extension verticale d’une maison entraînant au final le changement de la hauteur du bâtiment y compris la toiture dure 1 mois et demi et coûte au m2 dans les 1 000 à 1 700 euros.

Le choix des professionnels est important dans la réalisation d’un tel projet. C’est sur eux que repose la stabilité de la construction, plus précisément, grâce à un calcul sérieux et précis de l’impact qu’aura la nouvelle construction sur l’existant. Par ailleurs grâce à leur intervention on peut jouir d’une garantie décennale, du crédit d’impôt à taux de 30 %, pour l’isolation, de la TVA à taux réduit pour l’achat des équipements et matériels. Du côté des prix, il est important de faire jouer la concurrence pour bénéficier de la meilleure offre. Pour cela, il suffit de faire établir gratuitement plusieurs devis (jusqu’à 5 devis), de prendre le temps de vérifier la fiabilité des offres en procédant une comparaison à partir des interviews en aparté et de choisir le rapport qualité/prix le plus avantageux.

Tout travail d’extension, une fois le projet bien préparé, les procédures respectées, se résume comme suit :

  • Dépose totale de la toiture.
  • Élévation des murs.
  • Pose de la charpente.
  • Pose de la couverture ainsi que des dispositifs d’isolation et de ventilation.
  • Installation électrique et plomberie.

Atouts d’une extension avec ossature bois

L’ossature en bois offre de nombreux atouts pour une extension verticale. En effet, avec son poids, elle ne présente aucun risque de fragilisation ni pour le structure, ni pour les fondations. Par ailleurs, le bois qui est déjà un bon isolant, contribuera certainement à la réduction de la consommation en chauffage. Du même coup Du même coup, un intérieur confortable et chaleureux. Mieux encore, c’est un matériau écologique et recyclable. À l’heure où l’on prône partout le choix pour l’énergie durable dans le but de respecter l’environnement et préserver  la planète, opter pour l’ossature en bois s’inscrit dans une démarche bénéfique pour l’humanité et rentable économiquement pour l’individu.

Toujours pour une extension à ossature bois et à titre indicatif, le prix qui débute à 40 000 euros, incluant toutes les prestations (depuis les démarches administratives jusqu’aux finitions), est  proposé par certaines entreprises. Il n’y a que les devis établis par les professionnels qui peuvent chiffres précis.



Top articles


Powered by couvreurs.net