Devis, prix , infos
pour vos toitures.

Pour une toiture durable et toujours performante

Pour une toiture durable et toujours performante thumbnail

La toiture constitue un des éléments clés d’une construction ayant à jouer de nombreux rôles. En effet, la toiture est constituée de la couverture, du système d’isolation, de la charpente dans le cas d’une toiture en pente ou courbe. Quant à une toiture-terrasse, elle comprend le support, la couche d’isolation accompagnée du pare-vapeur, la couche d’étanchéité et du revêtement de protection ou de verdure sur une couche végétale. La dernière barrière de protection qu’est la couverture est dotée des accessoires permettant de renforcer le reste dans l’accomplissement de leur mission. Il s’agit entre autres du système d’évacuation, des ouvertures ou de systèmes de ventilation. À condition que la mise en œuvre de ces éléments ait été réalisée dans les règles de l’art, encadrée par les DTU en vigueur, conformément aux normes mises en place, alors, il s’agit bien d’une toiture de qualité. Sa réalisation a nécessité un budget important, elle mérite toutes les attentions pour le garder en bon état. Pour pouvoir faire une comparaison rationnelle sur sa dégradation par rapport à son état d’origine, et pouvoir prendre les protections nécessaires, il faut connaitre les rôles dont la toiture de qualité est investie.

Rôles assumés par une bonne toiture

Par la charpente, en bois, en métal ou en béton, pour une toiture en pente, un support, en béton, en bois ou en bac acier pour une toiture-terrasse, la stabilité de la structure et le maintien du plafond sont assurés. Cela grâce au calcul précis des charges permanentes ou temporaires, que la charpente a à supporter. De tels calculs sont d’autant plus fiables s’ils ont été effectués par des professionnels.

Par le système d’isolations et les renforcements supplémentaires (pare-vapeur, écran de sous toiture, un bon système de ventilation), les occupants peuvent jouir d’un confort intérieur sain en toute saison et bénéficier d’une économie non négligeable sur la facture d’énergie. La protection contre l’humidité sera renforcée. Pour aller plus loin, la dégradation de l’environnement et de la planète sera limitée.

Par la couverture et la membrane d’étanchéité, les éléments en dessous seront protégés. Les risques d’infiltration ainsi que les impacts de l’humidité sur la structure et la qualité de l’air intérieur seront grandement atténués, voire nuls. L’évacuation comme il faut, des eaux pluviales par des dispositifs de qualité, a une grande importance. Le bien-être, qu’on peut bénéficier de la lumière naturelle grâce aux ouvertures des toits n’ont pas de prix.

Causes et signes de la dégradation de la toiture

Pour permettre à la toiture de garder sa performance et pour éviter des dépenses précoces en grande réparation il est très judicieux de contrôler son état et réagir à temps. Certains signes indiquent qu’une toiture est plus ou moins endommagée.

Les années d’existence de la toiture constituent la première cause de fragilisation de toiture, pouvant affecter son état et sa durabilité. À cela s’ajoutent, selon les matériaux et les techniques de mise en œuvre, utilisés, les effets néfastes des conditions climatiques. En effet, l’eau de pluie, le soleil, le vent, la grêle, la neige, le gel et surtout le froid de l’hiver sont autant des facteurs favorisant une dégradation plus rapide. Il ne faut pas non plus oublier l’impact que peut avoir l’action de l’homme qui marche sur le toit.

De nombreux indices pouvant être détectés par soi-même ou par le diagnostic d’un professionnel peuvent alerter sur la détérioration plus ou moins avancée d’une toiture :

Au niveau de la couverture, entre autres :

  • Prolifération des  mousses ou des lichens riches en humidité provoquant le pourrissement des bardeaux en bois, ou l’accélération de la porosité des tuiles.
  • Trace de rouille sur la tôle due à l’amincissement de la peinture prévue pour la protéger ou le relâchement des fixations. Des éléments de fixations (vis ou clous) ou des joints qui se relâchent.
  • Noircissement des bardeaux d’asphalte à  cause de la diminution de la couche protectrice favorisant ensuite les infiltrations.

Au niveau de la charpente. Les insectes xylophages (vrillettes, lyctus, capricornes) ainsi que les termites sont l’ennemi numéro un de la charpente en bois. Leurs effets néfastes se détectent par des trous ou des galeries dans le bois, des sciures sur le sol, les bruits qu’ils émettent. Les champignons dus à l’humidité, conséquence des infiltrations qu’une toiture défectueuse n’a pas pu empêcher, constituent une autre cause de dégradation de la charpente en plus de son ancienneté.

Au niveau de l’étanchéité. La défaillance de l’étanchéité provoque principalement des infiltrations d’eau, entraînant à leur tour de l’humidité qui affectera l’état de l’isolant, de la charpente et de la structure. La présence de l’humidité se manifeste par des taches brunes et des moisissures aux murs et au plafond ainsi que des champignons sur la charpente. En un mot, une étanchéité devenue inefficace portera atteinte à la stabilité de la structure, à l’esthétique du bâtiment et à la santé des occupants par la dégradation de la qualité de l’air.

Au niveau de l’isolation. Les symptômes de la dégradation de l’isolation sont entre autres :

  • La mauvaise répartition de la chaleur à l’intérieur du logement, sensation de froid au contact des murs intérieurs et plafonds.
  • La température intérieure variant avec celle de l’extérieur.
  • La fonte rapide de la neige ou du gel sur le toit, en hiver.
  • L’infiltration de l’air froid venant de l’extérieur, chassant l’air chaud à l’intérieur.

Au niveau de l’évacuation de l’eau. Une gouttière bouchée entraînant la stagnation de l’eau sur le toit peut endommager la couverture et tout ce qui se trouve en dessous.

Entretien de la toiture

Sauf après des cas exceptionnels comme, le passage d’un orage de grêle, de tempête de vent ou de neige, ou encore le passage d’une personne venue installer une antenne, le contrôle de l’état d’une toiture nouvellement installée n’est pas nécessaire. Cependant, après cinq années d’existence, une toiture requiert une inspection annuelle.

Dans l’optique de conservation des qualités techniques et esthétiques de la toiture, on doit procéder suivant plusieurs étapes.

Un nettoyage annuel du toit, au cours duquel on profite pour vérifier l’état des gouttières et des descentes d’eau et de couper les branches qui surplombent le toit. La période opportune pour procéder au nettoyage est le début de l’hiver (début décembre) où toutes les feuilles sont tombées. L’opération consiste à faire passer sur tout le toit un jet à basse pression ou un aspirateur souffleur.

Un entretien de la couverture :

  • Cas de tuiles : entre 15 et 40 ans, un entretien régulier de la toiture suffit. Autrement dit après chaque nettoyage annuel, un nettoyeur à haute pression est plus efficace pour enlever les mousses. On pulvérise ensuite sur le toit propre un produit spécifique (anti-mousse puis on apique un traitement hydrofuge pour éviter les infiltrations. Au préalable, les tuiles endommagées ont été remplacées et celles, déplacées remises à leur place.
  • Les traces noires sur les tôles s’enlèvent avec une brosse dure et de l’huile spécifique. Dans tous les cas, il faut éviter l’emploi des produits trop agressifs comme l’eau de javel.

Pour l’entretien de l’isolation, de l’étanchéité, et de la charpente, le recours à des professionnels, pour diagnostiquer l’état de la gradation, est recommandé dès l’apparition des premiers signes. Il est le plus indiqué pour déterminer les travaux à effectuer. Particulièrement pour l’isolation, un tel acte constitue une des conditions pour être éligible à des aides. Par ailleurs, pour la charpente, un traitement préventif décennal contre les attaques des insectes xylophages et l’action de l’humidité est indiqué. Si l’attaque a déjà commencé, un traitement curatif est à entreprendre immédiatement.

Pour une toiture-terrasse, une inspection méticuleuse d’au moins une fois par an est recommandée pour prévenir les éventuelles infiltrations pouvant être provoquées par la défaillance de l’étanchéité et du système d’évacuation.

À propos de prix et à titre indicatif, il faut :

  • 450 à 1000 euros pour le nettoyage de toit en tuiles.
  • 1 000 euros pour celui d’un toit en ardoises.

Seule la comparaison de plusieurs devis permet de réduire le prix et d’avoir un chiffre précis.



Top articles


Powered by couvreurs.net